Toujours dans le cadre universitaire, un projet de groupe a été proposé. Le sujet imposé était de réaliser une animation totalement en 3D (avec Softimage XSI) Ce fut l’opportunité de mutualiser les compétences. Le professeur a tiré les membres des groupes au sort, justifiant qu’on ne choisit pas toujours les gens avec qui on travaille. Notre groupe de cinq a ainsi été composé de membres d’une formation artistique et d’autres d’un cursus plus technique (dont je faisais partie).

Nous nous sommes penché sur des idées de scénarios. Rapidement, nous nous sommes arrêtés sur l’idée des "Crop Circles", ces champs de céréales qui se retrouvent mystérieusement labourés en partie une nuit. Les épis couchés le sont selon des dispositions particulières qui forment des figures étranges visibles du ciel. Une théorie présente l’origine de ces dessins dans les champs comme extra-terrestre.

J’ai proposé une histoire qui expliquerait de manière humoristique la création de ces figures dans les champs : des animaux de la ferme auraient utilisé les outils agricoles pour labourer en pleine nuit un champ. Le fermier, voyant ce manège de sa chambre, ne comprendrait pas ce qu’il se passe et aurait attribué la vision de l’activité de ses animaux dans le champ à sa forte consommation d’alcool. Vu le nombre de projets que nous devions rendre à la fin du semestre, l’idée a été jugée trop ambitieuse. Nous nous sommes contentés de réduire le nombre de personnages à une souris et une coccinelle. Les objets du décor furent limités à un épi de blé. L’idée retenue pour l’histoire était de recréer l’ambiance d’un film d’angoisse et de conserver le mystère sur l’origine de ces "crop circles".

Des membres du groupe ont dessiné un story-board et réalisé une animatique (une version animée du story-board) pour représenter grossièrement les mouvements de caméra et les déplacements d’objets à partir des dessins du story-board. Parallèlement, d’autres personnes ont réalisé les croquis des éléments de premier plan et nous avons commencé leur sculpture.

<media38|vignette|left>
J’ai modélisé l’épi de blé en haute définition. Il comprenait les tiges, différentes feuilles, un amas de graines, chacun dans une gaine, surmontés de pils. J’ai également réalisé un squelette qui permettait de simuler la torsion de l’ensemble face à l’effet du vent (ici avec un nombre réduit de grains). Une fois cet objet réalisé, une autre personne l’a testé et réalisé une série de rendus avec. Il fallait créer une multitude d’épis de blé pour peupler le champ. Il a donc réfléchi à optimiser son utilisation.

Pendant ce temps, une autre personnes a réalisé le modèle de la coccinelle. Une troisième a modélisé la souris et son squelette, permettant de l’animer. Cette tâche nécessitait de nombreuses retouches sur l’enveloppe du corps de la souris, qui réagissait à l’influence des os du squelette au cours des mouvement. Ceci afin d’animer l’animer correctement la souris.

Nous nous sommes réunis pour décider de l’animation de la souris puis nous répartir le travail, en petites séquences, selon le découpage défini sur le story-board. Plusieurs d’entre-nous ont travaillé sur des plans où la souris était en mouvement : créant des cycles de course, des postures, en modifiant parfois le rig (ensemble du squelette, enveloppe et éléments de contrôle de l’animation) du personnage, pour des plans aux mouvements moins évidents. Dans ce cadre, ma partie était l’animation entre 0’46 et 0’51 : où la souris regarde autour, prend et mange un grain de blé.

Pendant ce temps, d’autres membres de groupe travaillent sur la surface ondulante du lac. Également, les tests sur les grandes quantités d’épis de blé mènent à une solution : présenter des images d’épis sur fond semi transparent, plaqués sur une série de surfaces. Ces surface ont été superposées pour créer l’impression de multitude. Nous avons pu ainsi coucher les "planches" de rangées de blé au cours de l’animation.

Malheureusement, le moteur de rendu (Mental Ray), dans sa version livrée avec XSI 2, présente une limitation du nombre d’objets semi-transparents dans la scène. Pour achever l’effet recherché avec plus de couches, il aurait fallu additionner ces couches en compositing, avec un autre logiciel comme Combustion. Nous n’avons pas eu le temps de le faire. Nous avons donc décidé de livrer les séquences rendues en mode "fil de fer" montées. Des tests d’éclairages et de textures seront ajoutés au projet (comme l’image ci-après).

La musique a été composée et mixée par deux membres la nuit précédent la date limite, avec Fruity Loops !

Bravo et mes salutations aux autres membres du groupe : Paul Noble, Morgan Powell, Charles Vulliamy et Steve White.
Take care !

<media39|vignette|center>

Archives