J’ai réalisé l’étalonnage, avec comme lien : la peau des personnages, très brûlée par le soleil, et l’ambiance baignée de lumière de Marseille.
Une première version du documentaire, plus courte, avait été (pré) étalonnée sur certaines scènes sombres. J’ai repris le travail sur tout le film. Et aussi, étant donné que certains plans ont été rallongés à partir des rushes d’origine, il a fallu faire du shot-matching pour que ces plans passent de façon naturelle.

Un documentaire réalisé en immersion par Laurent Brémond à Marseille.