J’ai commencé l’infographie à l’âge de 12 ans sur un vieux Macintosh de bureau.

On m’a procuré Photoshop 3 avec sa documentation papier que j’ai dévorée en quelques semaines avant le la rendre à son propriétaire.

Un ami m’a ensuite proposé quelques logiciels 3D basiques sur lequels j’ai commencé à apprendre la modélisation.

Contrairement à Photoshop, dont j’ai immédiatement cerné les possibilités, ils étaient très rudimentaires. Sur Swivel3D, on pouvait dessiner le profil d’un objet sous trois angles, l’application se contentait d’extruder l’objet comme elle le pouvait. On pouvait facilement réaliser des petites pièces mécaniques, des fruits, mais très difficilement des visages ou des formes complexes composées de sous-objets.

Ensuite, le même ami m’a procuré une quarantaine de disquettes contenant un logiciel plus complet : Strata Studio Pro.

Avec ce logiciel, j’ai pu faire de la modélisation plus poussée, réaliser des textures (avec bump mapping, lumière spéculaire, transparence, réflexions...) , placer les sources d’éclairage comme dans un studio photo et même animer certains éléments.

J’ai immédiatement commencé à modéliser des vaisseaux spaciaux et réalisé ma première animation. Le scénario consistait à la préparation et au lancement d’une navette depuis un vaisseau orbital puis de son aterrissage sur une planète désolée. Cette séquence était très inspirée du film Aliens (deuxième volet de 1986 par James Cameron).

Les objets et l’éclairage étaient assez élaborés, les textures moins. Avec plusieurs angles de caméras selon l’action, l’animation durait plus de dix secondes. Le temps de rendu était supérieur au temps passé à élaborer toute l’épopée.

J’avais réalisé toutes les étapes d’élaboration d’un film d’animation, y compris le montage vidéo (avec un outil gratuit de morphing, pour l’occasion).

Depuis, le petit film a été perdu, je n’en ai plus aucune trace...

Archives