[ [ [ Étalonnage, conformation & round-trip post-production - Yannis Lehuédé

Étalonnage en HD, 2K, UHD, 4K

Basé sur une longue expérience sur des projets divers (documentaires, fiction, clips, etc) je saurai réaliser l’étalonnage de vos projets. J’entends par là l’harmonisation des contrastes et des couleurs du film en fonction des spécifications image du PAD (Prêt à Diffuser), ainsi qu’un étalonnage secondaire pour assurer une cohérence d’ensemble, mais aussi améliorer l’image.
Pour ce faire, je suis polyvalent sur l’utilisation des différentes technologies comme les caméras RED, ARRI, BlackMagic, DSLRs, ainsi que leurs formats respectifs pour liver un résultat Rec709 (pour un visionnage final en télévision), DCI-P3 pour les projecteurs de cinéma professionnels ou en sRGB pour le web. Également, certains workflows permettent un côté évolutif, pour assurer une compatibilité ultérieure en HDR DolbyVision ou HDR10.
Pour ce faire, j’utilise un écran de référence régulièrement calibré et différents supports de contrôle tels qu’une télévision standard (oui !), un moniteur à tube cathodique ainsi que des écran Retina pour assurer une fidélité maximale des couleurs sur chaque support.

 

Conformation de montages vidéo

Par conformation, on entend ici le fait de reproduire le montage vidéo sur la plateforme d’étalonnage (Digital Intermediate) avec les rushes natifs en haute qualité.
C’est une partie préalable au travail d’étalonnage. Je peux récupérer le montage aux formats Adobe PremierePro, Apple Final Cut X ou bien grâce aux fichiers XML/EDL générés par d’autres NLE (Non-Linear Editing) comme AVID. Sauf si vous fournissez les projets depuis les logiciels cités, il me sera nécessaire de demander également un export du montage vidéo, même de basse qualité, pour permettre de contrôler que la conformation du projet respecte exactement le travail effectué par le monteur vidéo. Parfois, des aller-retours avec celui-ci sont nécessaires pour que tous les plans concordent (cas de stabilisation, recadrages, retiming...).
Après cette étape, le montage sera optimisé pour aborder l’étalonnage à proprement parler. Les transitions et les éléments de titrage seront ré-appliqués après l’étalonnage.
Je pourrai alors vous fournir une version du montage étalonné plan par plan (avec éventuellement, pour chacun, quelques images avant et après) ou un bloc vidéo unique, selon votre workflow et vos choix.

 

Color Grading et Finishing

En permanence à l’écoute des dernières innovations technologiques et des tendances artistiques, je sais m’adapter à chaque projet en mettant en avant son aspect narratif propre en priorité. Si nous faisons une différence entre étalonnage et color grading, c’est que la deuxième définition fait référence à la mise en avant (ou l’obstruction) de détails au sein même de l’image, et d’un soin apporté à celle-ci, pour mettre en valeur la narration du film. Les couleurs peuvent également y être drastiquement modifiées, pour servir le propos du film. Ces opérations sont réalisées avec discrétion, il serait impensable de perturber le spectateur avec des traitements rendant l’image irréelle !
L’ajout de grain ou d’émulation de plusieurs types de pellicule "vintage" sont également possibles, avant l’export d’un Master final. J’effectue également d’autres tâches de "finishing" et d’effets visuels, détaillées dans cette autre partie.

 

Création de LUTs

Que ce soit pour la recherche d’un style particulier pour le film (en pré-production) ou pour permettre de visualiser une image proche du rendu final (sur les écrans de retour) lors du tournage, je peux fournir différentes LUTs (Look-Up Tables) qui seront insérables dans les dispositifs (caméras, écrans de retour sur le plateau, logiciels de montage vidéo...) aux formats usuels, pour vous permettre de gagner du temps et de prendre les décisions d’éclairage adéquates. À noter que pour un type de caméra, d’éclairage, de décor particulier, une LUT spécifique est préférable. Je les teste alors dans plusieurs conditions pour les rendre autant génériques que possible.
Lors de diffusion simultanée (streaming multi-caméras), des LUTs peuvent également être générées pour faire correspondre les couleurs de différentes caméras dans l’objectif de réaliser le montage en temps-réel pour vos évènements en direct, avec des nuances invisibles dans les contrastes et les couleurs. À voir au moment de la captation avec le matériel utilisé.

 

Mastering et création de DCP

Lorsque votre film est destiné à la diffusion sur écran de cinéma, il nécessite d’être encodé pour être compatible avec les projecteurs professionnels. Son espace colorimétrique doit également être "DCI-P3", qui est plus large destiné pour la télévision ou le web. Même s’il est possible de convertir un projet originellement destiné à un format TV sans différence notable, il est recommandé d’y réfléchir au début de l’étalonnage pour une plus grande richesse des couleurs.
Dans tous les cas, je sais convertir votre projet au format DCP (Digital Cinema Package) et vous guiderai pour qu’il respecte les standards de diffusion adéquats.
Le processus permet d’indiquer au projecteur de cinéma numérique la cadence des images (24 images par seconde, 25...), aux formats d’image 2K (2048x1080 pixels), 4K (4096x2160p), de séparer les pistes son (stéréo, Dolby 5.1 voire 7.1) et éventuellement d’ajouter des fichiers de sous-titres.
L’encodage en DCP se fait à partir du master du film en haute définition (compression réduite, comme en ProRes par exemple). Les images sont ensuite converties dans l’espace colorimétrique DCI-P3 (XYZ) puis encodées en Jpeg2000 et le son au format PCM, avant d’être incorporés au paquet DCP.
Également, je peux exporter votre film dans d’autres formats de diffusion comme MXF OP1A (télévision), IMF (Netflix) et bien-sûr H264, H265 pour le web.

Et voilà quelques travaux que j’avais réalisés jusqu’en 2017 :

 

Pour obtenir plus de détails ou de renseignements, contactez-moi !