[ [ [ Psyché ou la divine épopée - Yannis Lehuédé

Un court-métrage que j’ai étalonné, reprenant un personnage de la mythologie grecque dans le Montmartre moderne.
Pitch : "La divine poupée Psyché, enfin libérée de sa boîte, entraîne dans sa cavale une flopée de personnages excentriques qui tentent de la détourner de sa quête d’amour ! Elle sort de sa condition d’objet à force d’épreuves ! Ses prétendants ignoraient que l’amour en personne était sur sa route."

Réalisé par Prune Lichtlé.
Directeur de photographie : André Diot.
Avec de nombreux comédiens tout aussi talentueux.

Quelques illustration (avant/après) avec des explications de l’ambiance :

Sur ces deux captures de scènes d’extérieur du film, l’objectif était de rendre le Paris habituel, loin de celui d’Amélie Poulain, mais plutôt nuageux. Avec des teints gris mais un peu bleutés. Le visage du personnage est ainsi lui aussi légèrement pâle (pour également renforcer sa mauvaise mine).

Qui montre Paris montre aussi ses cafés ! Sur les deux images ci-dessus, les ambiances sont du midi d’abord et ensuite le soir, avec des humeurs collectives différentes. Dans le premier tableau, il y avait une ambiance grise discrètement divine, avec un ange à côté du philosophe. Sur l’image suivante, c’est une ambiance de fête, aux teints orangés, presque comme dans un chalet de montagne éclairé par un feu. Ici, c’est l’Olympe.

Dans cette scène qui se passe dans un sex-shop, il fallait retranscrire l’ambiance "lubrique" qui avait été éclairée avec plusieurs touches de couleur (orange, rose, bleu...). Le visage du vendeur a été volontairement teinté de violet (ce qu’on évite généralement) pour amplifier son aspect terrifiant.
Sur la seconde image, il dialogue avec Romain Bouteille. L’ambiance colorée a également été renforcée à l’étalonnage, notamment sur la peau de leurs visages.

Sur les deux captures ci-dessous, c’est un nouvel exemple de l’enrichissement à l’étalonnage. Les plans de jours retranscrivent au final la fin de la journée. Certains éléments de la scène ont été teints d’orange pour suggérer la lueur du soleil couchant.

Ici, une ambiance à la lueur de la bougie a été ajoutée pour donner un aspect "romantique" à la scène.

Sur ce tableau, c’est la nuit dans Paris. Le vert des réflexions des réverbères et un léger brouilard donnent un aspect mystérieux à la rue. Contrebalancé par la chaleur de la lumière du café.